Suspiria
(Dario Argento, 1977)
Un couteau dans le cœur
(Yann Gonzalez, 2018)
Le giallo

Le giallo nait en Italie en même temps que le western spaghetti et marque le dynamisme de la production italienne alors que la comédie italienne est encore en plein essort.

A la frontière du cinéma policier, du cinéma d'horreur et de l'érotisme, les giallo italiens sont caractérisés par de grandes scènes de meurtres excessivement sanglantes commis par des psychopathes qui souffrent de blessures psychologiques liées à l'enfance munis de gants noirs et armés d'un couteau qui glisse sur la peau nue des femmes avant que le sang ne sorte de leurs blessures ; une pointe de fantastique, un jeu de caméra très stylisé par des cadrages débullés, l'impact sonore et l'effet viscéral du son et une musique en forme de ritournelle inquitante.

Le giallo tire son origine d'une collection de romans policiers publiés en Italie par les éditions Mondadori de 1929 jusqu'aux années 1960. Leurs couvertures jaunes (giallo) cachaient des romans et des nouvelles de détectives. Publiés sur du papier de faible qualité, le succès de ces romans attira l'attention d'autres maisons d'édition qui ne tardèrent pas à sortir leurs propres œuvres sous la couverture jaune devenue traditionnelle. Ces romans furent si populaires que les œuvres d'auteurs étrangers réputés comme Agatha Christie ou Georges Simenon sortirent sous cette forme lors de leurs premières publications en Italie.

On peut trouver des précurseurs du genre en Angleterre avec les deux films de Michael Powell : Le narcisse noir (1947) et Le voyeur (1959). Mais Le  giallo de cinéma naît dans les années 1960. Le premier film du genre, La Fille qui en savait trop (Mario Bava, 1963), allusion à L'homme qui en savait trop (Alfred Hitchcock, 1956), montrant,comme pour le genre littéraire le lien avec la culture anglo-saxonne. Dans Six femmes pour l'assassin (1964) Mario Bava introduit un des éléments emblématiques du genre, le meurtrier masqué avec une arme brillante dans sa main gantée de noir.

Jusqu'au milieu des années 70, près d'une dizaine de films par an peuvent être rattachés au genre : L'adorable corps de Deborah (Romolo Guerrieri), Perversion story (Lucio Fulci, 1969), décalque cette fois de Vertigo (Alfred Hitchcock, 1959), L'étrange vice de Madame Wardh (Sergio Martino, 1971) Toutes les couleurs du vice (Sergio Martino, 1972), Mais qu'avez vous fait à Solange ? (Massimo Dallamano, 1972), Lucrezia giovane (Luciano Ercoli,1974).

Dario Argento abandonne l'histoire réaliste et invente un style où l'homicide est le coeur de l'histoire. Auteur de quelques chefs-oeuvres : L'oiseau au plumage de cristal (1970), Les frissons de l'angoisse (1975), Suspiria (1977), Inferno (1978). Il réalise encore Le syndrome de Stendhal (1996) et Le Sang des innocents (2001).

Alors que l'inspiration pour ce type de film s'épuise en Italie, elle s'ettend en Espagne avec Jesus Franco Lettres d’amour d’une nonne portugaise (1973)au Japon avec Le couvent de la bête sacrée (Noribumi Suzuki, 1973) ou en France Benedetta (Paul Verhoeven, 2021) notamment dans le genre de nonnexploitation.

Le slasher
Halloween : La nuit des masques
(John Carpenter, 1978)
Scream
(Wes Craven, 1996)

Le psychopathe victime d'un traumatisme d'enfance qui se transforme en serial killer portant la terreur autour de lui avec masque, couteau et musique effrayante se developpe aussi dans le genre un peu plus tardif du slasher dont les américains vont se faire une spécialité.

Le mot slasher vient du verbe anglais to slash, qui signifie « couper, taillader, déchirer, frapper ». Le slasher est donc une personne qui tue ou blesse des gens en utilisant un couteau.

Deux films de Wes Craven La dernière maison sur la gauche (1972) et La colline a des yeux (1977) ainsi que Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1974) préfigurent un genre qui se constitue officiellement avec Halloween : La nuit des masques (John Carpenter, 1978) suivi de la série des Vendredi 13 (Sean S. Cunningham, 1980), des Freddy, amorcés avec Les griffes de la nuit (Wes Craven, 1984) et des Scream (Wes Craven, 1996)

giallo et slasher
Benedetta Paul Verhoeven France 2021
Un couteau dans le coeur Yann Gonzalez France 2018
The Neon Demon Nicolas Winding Refn U.S.A. 2016
L'étrange couleur des larmes de ton corps Hélène Cattet et Bruno Forzani France 2013
L'heure du crime Guisepe Capotondi Italie 2009
Bullet Ballet Shin'ya Tsukamoto Japon 1998
Tokyo Fist Shin'ya Tsukamoto Japon 1998
Le syndrome de Stendhal Dario Argento Italie 1996
Scream Wes Craven U.S.A. 1996
Tetsuo Shin'ya Tsukamoto Japon 1989
Les griffes de la nuit Wes Craven U.S.A. 1984
Vendredi 13 Sean S. Cunningham U.S.A. 1980
Halloween : La nuit des masques John Carpenter U.S.A. 1978
Inferno Dario Argento Italie 1978
La colline a des yeux Wes Craven U.S.A. 1977
Lettres d’amour d’une nonne portugaise Jesus Franco Espagne 1977
Suspiria Dario Argento Italie 1977
Les frissons de l'angoisse Dario Argento Italie 1975
Massacre à la tronçonneuse Tobe Hooper U.S.A. 1974
Lucrezia giovane Luciano Ercoli Italie 1974
La belladone de la tristesse Eiichi Yamamoto Japon 1973
Le couvent de la bête sacrée Noribumi Suzuki Japon 1973
La dernière maison sur la gauche Wes Craven U.S.A. 1972
Mais qu'avez vous fait à Solange ? Massimo Dallamano Italie 1972
Toutes les couleurs du vice Sergio Martino Italie 1972
L'étrange vice de Madame Wardh Sergio Martino Italie 1971
Les diables Ken Russell G.-B. 1971
La baie sanglante Mario Bava Italie 1971
L'oiseau au plumage de cristal Dario Argento Italie 1970
Une hache pour la lune de miel Mario Bava Italie 1970
Perversion story Lucio Fulci Italie 1969
L'adorable corps de Deborah Romolo Guerrieri Italie 1968
Six femmes pour l'assassin Mario Bava Italie 1964
Le corps et le fouet Mario Bava Italie 1963
La fille qui en savait trop Mario Bava Italie 1963
Le voyeur Michael Powell G.-B. 1959
Le narcisse noir Michael Powell G.-B. 1947