Le saint

1965

(Mahapurush). Avec : Charuprakash Ghosh (Birinchi Baba), Rabi Ghosh (L'assistant de Birinchi Baba), Prasad Mukherjee (Gurupada Mitter), Gitali Roy (Buchki), Satindra Bhattacharya (Satya), Somen Bose (Nibaran), Santosh Dutta (Le Professeur Nani). 1h05.

La jeune Buchki et son père rencontrent dans un train Birinchi Baba, un imposteur qui se fait passer pour un saint. Il les abuse si facilement que Buchki souhaite rapidement se convertir. C'est son fiancé Satya, pour ne pas la perdre qui va confondre le 'sadhu' et révéler l'imposture aux yeux de tous.

Au Bengale, les deux moyens-métrages, Le lâche (1h14) et Le saint (1h05) étaient montrés dans un même programme avec un entracte. Les programmateurs préférant Le lâche l'ont montré seul au festival de Venise puis de Londres. Destiné plus spécifiquement au public bengali, Le saint est film satirique qui dénonce le pouvoir de la religion sur un mode moins dramatique que La déesse (1960) et, plus tard Un ennemi du peuple (1989) d'après Ibsen. Il marque la distance de Ray avec la religion comme facteur d'identité nationale opposant hindous et musulmans.Dans La déesse, le mari est dépossédé de sa femme parce que son père a en rêve une révélation comme quoi elle est une réincarnation de la déesse Durka. Ici, on perçoit vite un charlatan dans le "sâdhu" qui aurait connu Jésus, Platon...

Ray vit de son métier d’illustrateur durant le tournage de La complainte du sentier (1955). C’est  alors un cinéaste du dimanche :  il tourne les week-ends. C'est avec le lion d'or d’Invaincu (1956) qu'il abandonne son précédent métier pour devenir cinéaste. Ici, il  veut faire un film populaire, comme Le dieu éléphant; il écrit des récits pour une revue et les adapte parfois au cinéma . Auteur subtil et complexe mais qui aime aussi le jeu, le polar et les détectives. Les hindi lui reprochent de n'être connu qu'a l'étranger mais il est très populaire au Bengale. Ray n’apprécie pas que Le lâche et Le saint soient doublés en hindi par le producteur.

Source : Charles Tesson sur le DVD ci-dessous.

critique du DVD
Editeur : Carlotta Films, mars 2022. Les six films : BLU-RAY 1: La grande ville (1963, 2h16) ;BLU-RAY 2 : Charulata (1964, 1h59) ; BLU-RAY 3 : Le lâche (1965, 1h09) et Le saint (1965, 1h06) ; BLU-RAY 4 : Le héros (1966, 1h57) ; BLU-RAY 5 : Le dieu éléphant (1979, 2h01). Version originale sous-titrée français Édition Blu-ray ou DVD. 50€
critique du DVD

Suppléments : À PROPOS DE… : 6 ENTRETIENS AVEC CHARLES TESSON Décryptage et contextualisation des 6 films, du style et de l’œuvre de Satyajit Ray par Charles Tesson, critique, historien du cinéma et auteur du livre Satyajit Ray."CHARULATA" ET "LE HÉROS" VUS PAR EVA MARKOVITS Eva Markovits, programmatrice et critique, analyse quelques scènes clés des films Charulata et Le Héros. L’INVITÉ DE FR3 : SATYAJIT RAY (20 mn) Réalisation : Yves Barbara - © 1981 INA Satyajit Ray est l’invité exceptionnel de cette émission aux côtés du critique de cinéma Michel Ciment et du réalisateur Claude Sautet. Il y parle de ses débuts, de mise en scène, de son film Charulata et du prix Nobel de littérature Rabindranath Tagore.