Accueil Partie beaux-arts Histoire de l'art Les peintres Les musées Les expositions Thèmes picturaux
Fondation Louis Vuitton à Paris,
22 septembre 2021 - 22 février 2022
prolongée jusqu'au 3 avril 2022

L’exposition rassemble 200 chefs-d’œuvre de la collection d’art moderne français et russe des frères Mikhaïl et Ivan Morozov. Peintures, sculptures, pastels et photographies) dont 67 œuvres conservées au Musée des beaux-arts Pouchkine, Moscou 65 œuvres conservées au Musée d’État de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg 38 œuvres conservées à la Galerie nationale Trétiakov, Moscou 47 artistes présentés dont 17 artistes russes, et 30 artistes français et européens
 
Cette exposition-évènement constitue le second volet du thème Icônes de l'art moderne, organisée par la Fondation Louis Vuitton en partenariat avec le Musée d’État de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg,), le Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine (Moscou) et la Galerie nationale Trétiakov (Moscou). Elle fait suite à l’exposition La collection Chtchoukine, qui connut un immense succès public puisqu’elle a réuni, il y a 4 ans, 1.3 millions visiteurs.

Salle 1 : Peintres et mècènes face à face.

La galerie des portraits du cercle des Morozov gravite autour des figures de Mikhaïl et Ivan Morozov. Elle rassemble une vingtaine de tableaux peints par des artistes parmi les plus influents de l'école russe des années 1890-1910: Ilia Répine, Mikhaïl Vroubel, Valentin Sérov, Konstantine Korovine ou Alexandre Golovine.

Salle 2 : L'invention d'un regard

Aux prémices du XXe siècle, les tableaux réunis dans cette salle introductive manifestent l'originalité du regard porté par les frères Morozov sur la scène parisienne. Électriques par leurs coloris acidulés et iconoclastes par leurs sujets ou compositions, ces œuvres de Manet, Cézanne, Renoir, Toulouse-Lautrec et Picasso acquises tout au long de la décennie 1900-1913, décrivent les espaces théâtralisés de la nuit, du cabaret ou du boudoir.

Rêverie
Auguste Renoir, 1877
Portrait de Jeanne Samary
Auguste Renoir, 1878

Salle 3 : Les quatre saisons. Les grandes décorations de Pierre Bonnard. Ivan Morozov commande La Méditerranée à Pierre Bonnard pour la décoration du grand escalier de son hôtel particulier dont elle occupe le premier palier, de face, et donne accès à sa galerie de peintures large continuum polychrome que constitue cet ensemble pictural explicitement dédié aux saisons solaires de l'année solaire.

Les trois panneaux de La Méditerranée forment le motif d'un jardin en terrasse écrasé de soleil et largement déployé en balcon sur la mer. Une arche végétale en relie les différents fragments picturaux séparés par une colonnade à chapiteaux doriques.

De part et d'autre, Ivan Morozov accroche les deux grands panneaux carrés Début du printemps à la campagne et L'Automne, la cueillette des fruits qui, offrant une palette décolorée et assourdie tempèrent la perception de ce dispositif décoratif. 

La Méditerranée
Pierre Bonnard, 1911

Niveau-1 : Salle 4 : De la nature des choses. Fascinés par la vitalité du regard novateur et la manière claire de ces peintres, Mikhaïl et Ivan Morozov acquièrent à partir de 1902 de nombreuses toiles d'Alfred Sisley, Camille Pissarro, Auguste Renoir ou Claude Monet. Leurs collections paraissent une évocation directe de la tumultueuse exposition de 1874 où, sous les yeux du public, se réinventa non seulement la peinture mais la nature. Car c'est un tout nouveau monde qui émerge ici, prosaïque et changeant. Le grand enjeu de l’impressionnisme est en effet d'oser voir la nature telle qu'elle est et d'en formuler une vision filtrée par la sensibilité du peintre.

Le boulevard des Capucines
Claude Monet, 1873
L'étang à Montgeron
Claude Monet, 1876

Niveau 0 - Salle 5 : Une journée en polynésie. Les toutes premières toiles de Paul Gauguin à entrer en Russie sont acquises dès 1900-1901 par Mikhaïl Morozov. À son tour, Ivan réunit entre 1907 et 1910 onze tableaux majeurs de l'artiste. Les treize œuvres ainsi réunies par les Morozov portent sur la période tahitienne (à l'exception du Café à Arles, 1888, acquis par Ivan et également présenté dans cette salle) ce qui dénote leur vif intérêt pour sa thématique exotique et arcadienne.

Niveau 0 - Salle 6 : Les amateurs d'orage. Le goût exacerbé du paysage de Mikhaïl et Ivan Morozov, dû à leur formation artistique initiale, constitua un puissant motif pour acquérir de nombreux tableaux contemporains visant à la réinvention de ce genre pictural. Leurs collections sont représentatives des recherches menées par les écoles modernistes occidentales et russes contemporaines: nabis ou fauves, Pierre Bonnard, André Derain, Maurice Vlaminck, Louis Valtat, André Marquet se revendiquent d'une filiation explicite avec le synthétisme de Paul Gauguin.

Filles sur le pont
Edvard Munch, 1903
Les falaises violettes
Louis Valtat, 1900
Soleil sous les arbres
Louis Valtat, 1900

Niveau 1- Salle 7 : Paysages illuminés, Paul Cézanne. Subjugué par l'originalité des peintures de Paul Cézanne, lors de l'hommage posthume que lui rend le Salon d’'automne de 1907, Ivan Morozov acquiert ses premiers tableaux du maître d'Aix. Entre 1907 et 1913, il réunira dix-huit toiles représentatives de l’œuvre du peintre, depuis sa période noire, romantique, « couillarde » (Scène d'intérieur [1870]) jusqu'à son ultime paysage abstractisant (Paysage bleu [1904-1906]).

Rives de la Marne
Paul Cézanne, 1888
Pont sur la Marne à Créteil
Paul Cézanne, 1894
Le grand pin près de Aix
Paul Cézanne, 1897
Montagne Sainte Victoire
Paul Cézanne, 1897
Montagne Sainte Victoire
Paul Cézanne, 1898
Paysage bleu
Paul Cézanne, 1898

Niveau 1 - salle 8 : Modernité Post Cézannienne. Important chef-d'œuvre d'llia Machkov, l'autoportrait où il figure aux côtés de Piotr Kontchalovski s'affirme comme le manifeste du « cézannisme » russe. La représentation des deux peintres en culotte et chaussons de lutte, exhibant musculatures et regards teigneux est une citation directe de la légende des cubistes Pablo Picasso et Georges Braque, amateurs de boxe anglaise et théoriciens pugilistes.Toutefois, la scène n'est pas située sur un ring mais dans un salon petit-bourgeois avec sa décoration florale et son piano droit. Sur le piano, des ouvrages portent les titres «Cézanne, Arts, Égypte-Grèce-Italie, La Bible», décrivant un programme artistique où arts archaïques, bibliques et classiques se trouvent synthétisés dans la modernité post-cézannienne.

Niveau 1- Salle 9 : Le prisonnier, Vincent Van Gogh. Durant des mois, Vincent Van Gogh s'efforce de fuir l'asile psychiatrique de Saint-Rémy-de-Provence où il avait été volontairement interné au mois de mai 1889. Il ne parviendra à le quitter qu'en mai 1890 pour trouver refuge auprès du Dr. Gachet, à Auvers-sur-Oise. Il y trouvera la mort deux mois plus tard, le 29 juillet 1890, à l'âge de trente-sept ans. C'est durant ces longs mois d'attente à Saint-Rémy que Van Gogh peint La ronde des prisonniers (1890) tirée du dessin de Gustave Doré, Newgate. La Cour d'exercice (1872), qui montre une file de prisonniers dans la cour de la tristement célèbre prison londonienne.

La ronde des prisonniers
Vincent van Gogh, 1890

 

Niveau 2- Salle 10 : Entre les mondes, Henri Matisse. Peu après avoir acquis son premier Matisse en 1907, Ivan Morozov rencontre l'artiste par l'entremise de Chtchoukine et lui commande deux toiles, Nature morte à La Danse [1909] et Fruits et Bronze (1910) qui enregistrent l’évolution du peintre vers un art toujours plus complexe dominé par la couleur pure. En 1911, il lui fait une nouvelle commande de deux natures mortes et d'un paysage qui conduira le peintre à la réalisation de l'un des chefs-d'œuvre de cette période, le Triptyque marocain. Cet énigmatique montage des genres entrelaçant paysage, nature-morte et portrait, est peint à l'hiver 1912-1913 lors du second voyage du peintre à Tanger.

Le triptyque marocain, Henri Matisse, 1912-1913

 

Nature morte à La Danse
Henri Matisse, 1909

 

Niveau 2 - Salle 11 : Des nus dans l'atelier. Fait rarissime pour la Russie de l'époque, les collections de Mikhaïl et d'Ivan Morozov consacrent au genre du nu de nombreux dessins, sculptures et peintures. Leur position est atypique au regard des réserves embarrassées sur le sujet, prises communément par le cercle des grands industriels moscovites issus de la vieille-croyance schismatique restant alors confinés dans les valeurs orthodoxes d'une stricte moralité.

Niveau 2 - Salle 12 : Le salon blanc -L'histoire de Psyché- Maurice Denis -Aristide Maillol. Ivan Morozov rencontre Maurice Denis en 1907, au moment de l'acquisition des tableaux Polyphème, 1906-1907, et Bacchus et Ariane, 1906-1907, superposant références mythologiques et hédonisme prosaïque. Ils enthousiasment le collectionneur qui commande alors au peintre un grand ensemble décoratif pour son Salon de musique. Denis propose pour sujet « l’histoire de Psyché [...] à cause de son caractère idyllique et mystérieux ». Le « Salon de musique » de l’hôtel particulier moscovite d’Ivan Morozov, constitué d’un ensemble décoratif monumental composé de des sept panneaux de Maurice Denis et de quatre sculptures créées par Aristide Maillol, est présenté pour la première et seule fois hors du musée de l’Ermitage dans une scénographie spécifique qui termine le parcours de présentation des œuvres Morozov.


Source : Fiche de Spectacles-sélection