Beauté de la beauté
1978

A partir de 1973, Kijû Yoshida réalise " Beauté de la beauté ", une entreprise d'une ampleur monumentale qui ne peut être comparée qu'à celle de l'œuvre télévisuelle de Rossellini ou à la série Palettes d'Alain Jaubert.

Yoshida réalise la série Beauté de la beauté après une opération des intestins et un état de stress insupportable alors qu'il aborde ses quarante ans. Il a alors réalisé seize films en treize ans et vient de terminer sa trilogie politique : Eros + Massacre (1969), Purgatoire eroica (1970), Coup d'état (1971) dans laquelle il a atteint une forme d'aboutissement artistique et qui clôt son histoire du XXe siècle japonais.

Pour garder son intégrité physique aussi bien que pour renouveler son rapport au cinéma, il accepte la proposition d'une chaine de télévision, Chanel 12, d'un documentaire sur un joueur de baseball puis d'une série documentaire sur l'art qui sera projetée tous les samedis soir à la télévision japonaise.

Yoshida quitte le Japon à l'automne 1973 et la série commence sa diffusion au début de 1974 pour se terminer quatre ans plus tard au début de 1978 alors que Yoshida a fini de tourner son 94e épisode à l'automne 1977. Il est le concepteur, l'auteur des recherches et du commentaire et le metteur en scène de sa série. Il loue les services d'une équipe technique dans chacun des pays traversés (un chef opérateur et un preneur de son). Sei Ichiyanagi, le grand compositeur de musique contemporaine, avec lequel il travaille depuis 1965 y adjoint ensuite la musique.

Une première série est consacrée à cinq siècles d'art européen : de la renaissance italienne jusqu'au XIX siècle français. Chaque peintre bénéficie de deux ou trois épisodes. Bosch se décline ainsi en L'hérésie de la renaissance du nord, La descente aux enfers, Le rêve d'un royaume millénaire et Manet en Olympia, un sentiment d'obscénité et Le dandysme est un soleil couchant.

Les trois premiers ensembles : Léonard de Vinci, Grunwald, La Tour sont commentés par un professionnel de la télévision mais Yoshida trouve qu'il manque le trajet qu'il effectue jusqu'à l'œuvre d'art. Il doit se présenter à l'œuvre d'art. Pour prolonger la voix off il finit par entrer lui-même dans le cadre. Puis en tant que cinéaste, il fait silence pour s'exposer à ce que lui dit l'œuvre d'art. Le ton est ainsi monocorde et la répétitivité des formes et la discrétion du dispositif assumées. Le film débute par un panoramique qui monte de la chaussée aux toits pour présenter le bâtiment. Yoshida s'approche de l'œuvre d'art, isole des motifs, des couleurs en pointant (ce que se refuseront les Straub) telle ou telle partie du tableau pour la commenter.

Une deuxième série dix épisodes (4 heures) sera consacrée à l'Egypte ancienne où on lui permet d'entrer dans les tombeaux des pyramides puis à la Sicile et à d'autres zones géographiques qui sont alors l'unité des épisodes plus que les artistes. Une troisième série est consacré à l'art japonais, classique (Utamaro, Hokusai..) et contemporain.

Fin 1977, Mariko Okada, son actrice et épouse le met en garde contre le danger à poursuivre cette série dans laquelle il finirait par se perdre.

 

Olympia, un sentiment d'obscénité (24 mn)

Manet est le peintre le plus précis sur la bourgeoisie. Celle-ci ne supporte pas le miroir tendu et ostracise le peintre. La musique aux tuileries, 1860 NG à Londres. Peindre les parisiens, peinture de mœurs rejetée par les parisiens qui en sont le sujet. Car formes imprécises, la repente comme une classe sociale. Le paysage existe toujours mais les bourgeois n'y sont plus.

Fantin-Latour, dans son Hommage à Delacroix représente la situation de la peinture au XIX. Manet commence dans le romantisme; assis Baudelaire le reconnait comme le peintre le plus moderne.
Le fifre, Orsay 1866 contours nets comme à l'encontre de l'histoire de la peinture refus de relief et recherche de l'aplat refusé au salon on dira que c'est "un valet de carreau placardé sur une porte."
Lola de Valence après une représentation à Paris du ballet espagnol. Après un tableau avec des pivoines, biographie de Manet. Le déjeuner sur l'herbe, exposé au salon des refusés créé par Louis Napoléon Bonaparte de 1863. A partir du concert champêtre de Giorgione, la nudité n'est plus une notion abstraite de beauté mais une parisienne bien réelle qui s'expose aux regards du public. Portraits de Jean Frederic Bazille, d'Emile Zola.
L'Olympia s'inspire de la Venus d'Urbino et de la Maja nue. Courbet, dédaigneux dira : "C'est une reine de pique sortant du bain". Son regard renvoie à notre propre image.

Le dandysme est un soleil couchant : Un atelier aux Batignolles Manet à 38 ans avec Renoir et Monet.


critique du DVD
Editeur : Carlotta-Films. Février 2013. Coffret 3 DVD. Nouveaux masters restaurés. Japonais avec sous-titres français. 8h00. 30 €

DVD1 : Du Moyen-Âge à l'âge baroque : Bosch, le peintre du fantastique (3 x 24 mn), Bruegel : Quand le peintre est témoin de la ruine de son pays (2 x 24 mn), Les crimes du peintre Caravage (2 x 24 mn). DVD 2 : L'Europe romantique : Goya, le magicien de l'Espagne (3 x 24 mn) , Delacroix ou le paradoxe du romantisme (2 x 24 mn). DVD 3 : L'Impressionnisme et au-delà : Le scandale sacré : Le peintre Manet (2 x 24 mn), Cézanne, le regard d'un solitaire (2 x 24 mn), Van Gogh (4 x 24 mn).

Retour à la page d'accueil

(Bi no bi). Avec : Kiju Yoshida. 94 x 0h24 soit 37h36.

Genre : Documentaire
dvd chez Carlotta Films
Thème : Le cinéma dans la peinture