Hurlevent

1986

D'après Emily Brontë. Avec : Fabienne Babe (Catherine), Lucas Belvaux (Roch), Olivier Cruveiller (Guillaume), Olivier Torres (Olivier), Alice de Poncheville (Isabelle), Sandra Montaigu (Hélène), Philippe Morier-Genoud (Joseph), Marie Jaoul (Madame Lindon), Louis de Menthon (Monsieur Lindon), Jacques Deleuze (le médecin), Joseph Schlinger (le garde-chasse). 2h10.

En 1930, en Haute-Provence, dans le domaine de Hurlevent, Catherine et Guillaume Sennevier, frère et soeur, se déchirent au sujet de Roch , un enfant adopté jadis par leur père et dont Guillaume est jaloux.

Au cours d'une escapade clandestine, Roch et Catherine découvrent un domaine habité par une famille de riches propriétaires, Isabelle Lindon et son frère Olivier, qui recueillent Catherine et chassent Roch. Quelques semaines plus tard, Catherine accepte la demande en mariage d'Olivier Lindon.

Trois ans plus tard, alors que Catherine, mariée à Olivier Lindon, est devenue la maîtresse du domaine de la Croix des Grives, Roch réapparaît, riche, élégant, et toujours amoureux de Catherine. Sa haine pour ceux qui l'ont trahi est intacte. Il séduit la soeur d'Olivier, Isabelle, qu'il séquestre à Hurlevent. Catherine, désespérée, tombe gravement malade et meurt.

Hurlevent est une transposition des premiers chapitres des Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë en 1931, dans un sud de la France (les Cévennes) écrasé sous le poids du protestantisme. Le revoir aujourd'hui, c'est découvrir un Rivette presque impudique, sans doute parce que plus centré qu'à l'accoutumée sur deux personnages; le couple Fabienne Babe/Lucas Belvaux infusant au film une sensualité permanente, laquelle ne saurait se tarir à l'approche du climat de colère qui, le long du récit, finit par prendre des allures de tragédie antique. Hurlevent, surtout, se distingue par un traitement anti-naturaliste des paysages : l'utilisation que fait Rivette du pays cévenol est celle d'une scène de théâtre en plein air, de théâtre antique : c'est la dimension tragique du décor qui est exploitée, en adéquation totale avec le jeu des comédiens, ne recherchant jamais un quelconque naturalisme, ou le traitement intérieur de la lumière, non exempte d'artificialité. C'est ce jeu des tensions, des affrontements qui aujourd'hui marque physiquement de son empreinte ce film, parmi les plus linéaires et romanesques de son auteur.

Film mal-aimé à sa sortie, « un des rares Rivette à être passé totalement inaperçu » se souvient Pascal Bonitzer dans l'entretien qu'il donne ici en bonus. Longtemps tenu par les rivettiens comme une oeuvre à part à l'intérieur de sa filmographie, Hurlevent est une transposition des premiers chapitres des Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë en 1931, dans un sud de la France (les Cévennes) écrasé sous le poids du protestantisme. Le revoir aujourd'hui, c'est découvrir un Rivette presque impudique, sans doute parce que plus centré qu'à l'accoutumée sur deux personnages; le couple Fabienne Babe/Lucas Belvaux infusant au film une sensualité permanente, laquelle ne saurait se tarir à l'approche du climat de colère qui, le long du récit, finit par prendre des allures de tragédie antique. Hurlevent, surtout, se distingue par un traitement anti-naturaliste des paysages : l'utilisation que fait Rivette du pays cévenol est celle d'une scène de théâtre en plein air, de théâtre antique : c'est la dimension tragique du décor qui est exploitée, en adéquation totale avec le jeu des comédiens, ne recherchant jamais un quelconque naturalisme, ou le traitement intérieur de la lumière, non exempte d'artificialité. C'est ce jeu des tensions, des affrontements qui aujourd'hui marque physiquement de son empreinte ce film, parmi les plus linéaires et romanesques de son auteur.

Note d'intention de Jacques Rivette :
« Heathcliff, Catherine, Edgar Linton et sa soeur Isabelle n'ont, dans la partie principale du récit, pas vingt ans. Hindley Earnshaw (le frère de Catherine et l'ennemi mortel de Heathcliff) n'en a pas trente. Quant à la narratrice-témoin Nelly Dean, elle a le même âge que lui. Les personnages principaux du film seront des adolescents. L'action se déroulera dans le centre ou le sud de la France, non en plein hiver mais en plein été, dans une région desséchée, écrasée de soleil, craquelée et désolée comme certaines parties du Causse noir dans les Cévennes, ou des Hautes-Pyrénées (rappelons que l'action ne demande que trois décors : Hurlevent, la Croix des Grives, et l'étendue désolée qui les sépare. Cela suppose, bien entendu, un film en couleurs où la lumière joue un rôle important. Cette localisation (sud-est de la France) nous permet, par contre, de conserver deux composantes essentielles du roman : l'atmosphère puritaine, liée au protestantisme le plus rigide, qui marque tous les protagonistes (les transgressions des héros n'ont de sens que par rapport à une loi morale impérieuse) et la configuration géographique, où de vastes espaces sauvages séparent des fermes ou des de petits châteaux isolés. L'action est centrée sur la lutte passionnelle des quatre protagonistes principaux : Heathcliff, Catherine, Hindley, Edgar. L'histoire sera donc ramassée dans le temps, et s'achèvera au moment culminant du drame : la mort de Catherine. »

Scénario : Pascal Bonitzer, Suzanne Schiffman, Jacques Rivette, d'après les premiers chapitres de Wuthering Heights d'Emily Brontë. Musique : " Le mystère des voix bulgares ".

Retour