1994

Après les années de gloire et le «Top» mexicain, après s’être produits dans les mariages, naissances et enterrements, les Leningrad Cowboys, très célèbre groupe de rock’n roll, connurent des déboires et sombrèrent dans l’oubli et l’alcool. Ils traversent aujourd’hui le désert, au sens propre comme au figuré. Sans essence et sans boisson, ils n’ont qu’un souhait, quitter au plus vite le Mexique et rentrer chez eux, dans leur village natal de Sibérie. C’est alors que réapparaît Vladimir, leur ancien agent, qui prétend avoir eu une révélation. Il se fait d’ailleurs appeler Moïse et se propose de ramener ses brebis égarées vers la terre promise. Les membres de l’orchestre hésitent : ils se souviennent encore du comportement tyrannique de Vladimir. Mais ils n’ont pas trop le temps de réfléchir, Moise impose déjà son autorité sur eux.


Ils regagnent le Vieux Continent. Vladimir / Moïse s’offre un petit détour par New York, le temps de dérober le nez de la Statue de la Liberté. À partir de la Bretagne, le groupe va traverser l’Europe d’Ouest en Est. Ils se produisent ici et là, devant qui veut bien les écouter. Johnson, agent des services secrets américains, est sur leurs traces depuis la France : il les soupçonne d’être à l’origine du vol du précieux appendice.


Vladimir n’a pas changé; même s’il prêche la bonne parole, c’est lui qui empoche les maigres revenus provenant des spectacles, sans pour autant délier sa bourse. Ainsi les musiciens manquent-ils de tout. Pas d’argent, ni d’essence et encore moins de nourriture ou de boisson. Emprisonnés en Allemagne, les Leningrad Cowboys parviennent à s’échapper grâce à deux complices de Moïse. En Pologne, l’un d’eux, moribond, est sauvé de justesse. Dans ses démêlés avec le groupe en folie, Johnson perd un peu les pédales… et la raison : il se prend désormais pour le prophète Elijah. Devant la rébellion qui menace, Vladimir lâche du lest, mais garde cependant le contrôle de la situation. La mère-patrie approche : il faut passer la frontière, et sans papiers, ce n’est pas une mince affaire. Les musiciens y parviennent grâce à Moïse, qui détourne l’attention des gardes. Enfin chez eux, ils fêtent ce retour. Non loin d’eux, Johnson / Elijah médite près du nez de la Statue de la Liberté…

 

« Ce film s’inspire de l’Ancien Testament et je me suis rendu compte trop tard que personne ne l’avait lu » résume Aki Kaurismäki. Le retour en terre sibérienne du « plus mauvais groupe de rock du monde » s’accompagne de vrais moments d’anthologie : Elie (André Wilms) se lance dans un tour de chant mémorable, Moïse (Matti Pellonpää) marche sur l’eau… d’une piscine et fait dialoguer Marx avec la Bible.

Note d’intention « Ce film suscite automatiquement deux points de comparaison : La Bible de John Huston et Le Procés de Jeanne d’Arc de Robert Bresson. L’histoire s’inspire naturellement de l’Ancien Testament, le livre le plus cruel jamais écrit ». Aki Kaurismäki

 

Test du DVD

Editeur : Pyramide video. Juin 2008.

   
Test DVD

Coffret 11 DVD, 15 films.

 

Retour à la page d'accueil

Genre : Comédie sociale
(Leningrad Cowboys Meet Moses). Avec : Matti Pellonpää (Moïse / Vladimir), Kari Väänänen (Igor, l’idiot), André Wilms (Elie / Johnson / Lazare), Leningrad Cowboys, Nicky Tesco, Kirsi Tykkylaïnen. 1h34.
Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse
DVD Pyramide video