(1691-1761)
Rococo
Diogène jetant sa coupe 1730 Collection particulière
Galerie de vues de la Rome antique 1758 Paris, Musée du Louvre

Jeune homme, Giovanni Paolo (ou Giampaolo) Panini est formé dans sa ville natale de Plaisance par Giuseppe Natali et Andrea Galluzzi et, plus tard, par le scénographe Francesco Galli-Bibiena. En 1711, il s'installe à Rome, où il étudie le dessin avec Benedetto Luti. Il y devient célèbre en tant que décorateur de palais, par exemple la Villa Patrizi (1719-1725), le Palazzo de Carolis (1720) et le Séminaire romain (1721-1722).

En 1719, Panini est admis à la Congregazione dei Virtuosi. Quand le cardinal Melchior de Polignac, ambassadeur de France à Rome lui commande un tableau peignant les festivités qui célèbrent la naissance du fils de Louis XV, il crée un véritable genre en élevant la thématique des célébrations. Il est sollicité ensuite par le Cardinal de La Rochefoucauld, chargé d'affaires auprès du Saint-Siège, à l'occasion des fêtes qui célèbrent les noces du dauphin avec Marie-Josèphe de Saxe. Il enseigne à Rome à l'Académie Saint-Luc de Rome et à l'Académie de France, où il influence Fragonard.

En 1754, il est élu prince de l'Académie de Saint-Luc. Panini meurt à Rome le 21 octobre 1765.

C'est sans doute de son ami et protecteur François-Caude de Montboissier, abbé de Canillac, chargé des affaires de France à Rome qu'il reçoit la commande de la Galerie des vues de la Rome antique et de son pendant la Galerie de vues de la Rome moderne qui offrent au spectateurs des "musées imaginaires".

Panini est surtout connu pour ses vues de Rome, dans lesquelles il montre un intérêt particulier pour les antiquités de la ville. Parmi ses œuvres les plus célèbres, on compte les vues du Panthéon, et ses peintures de vedute et de galeries des vues de Rome. La plupart de ses œuvres, spécialement celles de ruines, traduisent la fantaisie, le goût pour l'irréel et l'imaginaire de ce peintre. Cela est une caractéristique importante de cet artiste appelé à glorifier le goût du « capriccio ». Panini a également peint des portraits, dont un du pape Benoît XIV.