Per capita

1981
Per Capita
Jean-Michel Basquiat, 1981
Acrylique et huile sur toile, 203 x 381 cm.
Collection particulière

L'expression latine "Per capita" qui apparait à droite du tableau et lui donne son titre signifie "par tête". Elle est souvent employée en économie pour parler du revenu moyen par habitant. Le boxeur noir est une figure récurrente de la peinture de Basquiat. Il tient ici une torche qui peut l'identifier comme Cassius Clay plus connu sous el nom de Mohamed Ali, victorieux au Jo de 1960 à Rome. Mais cette torche peut aussi évoquer la statue de la liberté ou les idéaux des Lumières, tolérance liberté, droit au bonheur qui influencèrent la rédaction de la constitution Américaine.

Au-dessus du boxeur, l'inscription "E Pluribus" renvoie à l'ancienne devise des Etats-Unis, établie par les pères fondateurs : John Adams, Benjamin Franklin et Thomas Jefferson en 1776 "E pluribus unum" ("De plusieurs, un" ou "Unis dans la diversité"). Ici toutefois l'expression est amputée de "unum", c'est à dire de l'unité.

A gauche, Basquiat a listé quelques états avec leur revenu par habitant. Ce faisant, il met en lumière la disparité entre l'état de L'Alabama où les habitants, principalement noirs, vivent avec moins de 7 500 dollars et la Californie où le revenu par tête dépasse largement 10 000 dollars. Le message est net : les discriminations raciales passent avant l'unité. L'œuvre dénonce ainsi la faillite de l'idéal prôné par les pères fondateurs des Etats-Unis.

Source : Fondation Louis Vuitton