Crowns (Peso neto)

1981
Crowns (Peso neto)
Jean-Michel Basquiat, 1981
Acrylique et huile sur toile, 183 x 239 cm.
Collection particulière

Crowns (Peso neto) a été exposé en 1982 lors de la première exposition personnelle de Basquiat à la galerie d'Annina Nosei à New York ainsi qu'à la Documenta 7 à Kassel, en Allemagne.

Sur un fond coloré, une série de symboles et de signes s'enchevêtrent pour évoquer le prix du succès. En haut, les couronnes à trois pointes, symbole traditionnel de hiérarchie attaché à l'aristocratie blanche occidentale est alors détourné par les codes de la rue et de la culture populaire. C'est un motif récurrent chez Basquiat qui l'utilise entre autre pour symboliser l'autorité artistique.

Dans la moitié gauche de l'œuvre, à mi hauteur, la couronne d'épines rappelle le martyr du Christ. Elle pourrait illustrer l'idée qu'avec la gloire vient le sacrifice. Les flèches qui parsèment la composition font référence à Oshossi, divinité de la chasse dans la culture africaine Yoruba (sud-ouest du Nigeria). La chasse effrénée d'Oshossi pourrait rappeler la quête de gloire incessante de Basquiat.

La lettre S apparait plusieurs fois, enfermée dans des boites, notamment sous la tête couronnée d'épines. Il peut s'agir du S de Samo, le nom dont Basquiat signait ses graffitis ou du S de Suzanne Mallouk, sa compagne. Mais cette lettre pourrait renvoyer au mot salt (sel). En effet dans le titre de l'œuvre, "couronnes, poids net"; "Poids net" évoque une notion de pesée et de prix. La valeur marchande de Basquiat serait ainsi déterminée par la pesée de son identité et de sa couronne. Comme le sel rangé dans des boites, il devient une marchandise.

Source : Fondation Louis Vuitton