Les intranquilles

2021

Festival de Cannes 2021 Avec : Bérénice Bejo (Marie), Cédric Kahn (Boris), Marthe Keller (Christine), Jade et Margaux Soentjens (Jade et Margaux). 1h40.

Après 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c'est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c'est lui qui l'a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d'y cohabiter, Boris n'ayant pas les moyens de se reloger. A l'heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu'il juge avoir apporté.

Portrait d'un bipolaire vu au travers des yeux de sa femme et de son fils. Les séances d'hôpital ou avec le psychiatre restent hors champ. Sont ainsi filmés les inquiétudes de la femme, de plus en plus hors d'elle, et l'angoisse du fils qui perçoit aussi impuissant le dérèglement du père. Le père de Damien, plus éloigné du drame, demeure plus compréhensif.

Le film reste donc à l'extérieur de son personnage principal qui reste opaque. Lafosse semble dire que son investissement dans son art contribue à sa maladie sans pour autant qu'il cherche à creuser cette interrogation. C'est un peu dommage puisque l'avis général est, me semble-t-il, plutôt que l'art soigne par les dégréements mentaux en concentrant l'artiste sur ce qu’il sait faire et qu’il maitrise.

Jean-Luc Lacuve, le 16 octobre 2021