(1915-2008)
83 films
   
   
6
 

Disparu en début d’année 2008, Kon Ichikawa était un auteur prolifique du cinéma japonais, réalisateur de plus de 80 films. Commencée dans l’animation, sa carrière alterna entre films commerciaux et oeuvres plus personnelles. Son traitement pacifiste de la Seconde Guerre Mondiale à travers La Harpe de Birmanie (Biruma no tategoto) (1956) puis Les Feux de la plaine marqua les spectateurs de l’époque. Il développa un style visuel dépuillé, avec une rigueur de l’image et une esthétique proche du théâtre kabuki qui le fit nommer l'enthomologiste par Max Tessier

Né à Uji Yamada (Préfecture de Mié), le 20 novembre 1915, Kon Ichikawa ses études dans une école commerciale d'Osaka, d'où il sort diplômé en 1933, puis étudie l'animation. Entrant aux studios de la Toho, il réalise son premier film (de marionnettes) en 1946 (Une fille au temple Dojo, d'après une pièce de Kabuki), qui sera interdit par les autorités d'occupation pour "féodalisme"...

Après les grèves de la Toho, et la formation de la Shin-Toho ("Nouvelle Toho") en 1947, Ichikawa commence à tourner pour cette dernière compagnie un très grand nombre de films, principalement des comédies et des mélodrames baroques. On le remarque au début des années cinquante pour ses satires de la société japonaise. Avec son film : La harpe de Birmanie (1956), on découvre Ichikawa en Europe, et ignorant tout de ses comédies, on le considère comme un grand cinéaste "tragique", à partir de cette histoire de soldat mué en bonze et resté en Birmanie après la guerre pour enterrer ses anciens compagnons d'armes.

A partir de La salle du châtiment (adapté du roman de Shintaro Ishibara, considéré à l'époque comme scandaleux), Ichikawa travaille pour la Cie Daiei, alors que Mizoguchi vient de mourir (1956). Ichikawa continue d'adapter des oeuvres littéraires célèbres, dont L'étrange obsession et Feux dans la plaine, tous deux de 1959, qui contribuent à sa réputation internationale, alors qu'un autre film de la même qualité, Le pavillon d'or, adapté du fameux roman de Yukio Mishima resta longtemps inédit en France.

Après quelques films secondaires, toujours tournés à la Cie Daiei, Ichikawa signe coup sur coup deux films ambitieux et très différents : La vengeance d'un acteur (1963), une fantaisie historique très stylisée, dans le style du théâtre Kabuki, qui a la particularité d'être interprétée par Kazuo Hasegawa, le même acteur qui avait tenu le rôle dans une première version réalisée en 1935 par Kinugasa, donc à 28 années de distance ! et Seul sur l'océan pacifique (1964), l'épopée d'un navigateur solitaire, qui lui permet d'utiliser toutes ses ressources techniques.

Après le refus de Kurosawa de filmer les Olympiades de Tokyo 1964, Ichikawa entreprit ce colossal reportage et confirma sa maîtrise dans Tokyo olympiades, où il jette un regard d'entomologiste sur les sportifs, écrasés par le téléobjectif. C'est sans doute là son dernier grand film de prestige, car Ichikawa, comme les autres cinéastes de sa génération, a de plus en plus de mal à tourner des films dignes de sa réputation et commence à travailler pour la télévision (par exemple, Les contes de Genji, en 26 épisodes, en 1965/66). Pourtant, il essaie de sauvegarder son indépendance pour continuer de tourner des films "artistiques" et fait un moment partie de la nouvelle société - Yonki no Kai" ("Club des Quatre Chevaliers") avec Kurosawa, Kobayashi et Kinoshita, vers 1969.

Malheureusement, l'association ne survivra pas et Ichikawa, après quelques tentatives intéressantes (Les vagabonds, 1973), finira par céder aux compromis commerciaux en adaptant des "best-sellers" policiers très connus au Japon, de l'écrivain Yokomizo : le grand succès de La famille Inugami (1976) sera suivi de toute une série du même genre, où Ichikawa fait encore preuve de son métier, sans rien apporter de plus. Mais, grâce à cette série à succès, il est encore l'un des rares cinéastes de sa génération qui tourne régulièrement au Japon, contrairement à Kurosawa, Kobayashi ou Kinoshita. Mais malgré tout, sa carrière ne rédécollera jamais vraiment d'un point de vue artistique.

Encore actif jusqu'en 2006, il décède le 13 février 2008 des suites d'une pneumonie.

 

Filmographie :

1946 Une fille au temple Dojo
  (Musume Dojoji). Court métrage de marionnettes.
   
1947 Mille et une nuits avec Toho
  (Toho Senichi-Ya, co-réalisation).
   
1948 Un bourgeon fleurit
  (Hana Hiraku)
   
1948 365 nuits
  (Sambyaku-RokujugoYa).
   
1949 Portrait d'un être humain

 

(Ningen Moyo)
   
1949 La passion sans frein

 

(Hateshinaki Jonetsu).
   
1950 Sanshiro de Ginza

 

(Ginza Sanshiro)
   
1950 Terre chaude
  (Netsudei Chi)
   
1950 Pourusite à l'aube
  (Akatsuki no Tsuiseki).
   
1951 La feur nocturne
  (Ye-Rai-Shang)
   
1951 L'amant
  (Koibito)
   
1951 L'homme sans nationalité

 

(Mukokusekisha)
   
1951 L'amour volé

 

(Nusumareta Koi)
   
1951 Bungalow solo

 

(Bungawan Soro)
   
1951 La marche nuptiale
  (Kekkon Konshinkyoku.
   
1952 M. Luckky
  (Raki-San)
   
1952 Les jeunes gens
  (Wakai Hito)
   
1952 La femme qui toucha les jambes
  Ashi ni Sawatta Onna)
   
1952 Par ici, par là

 

(Ano, te, Kono te)
   
1953 Mr Pou
  (Pu-San)
   
1953 La révolution bleue
  (Aoiro Kakumei)
   
1953 La jeunesse de Heiji Zenogata
  (Seishun Zenogata Heiji)
   
1953 L'amant
  (Aijin).
   
1954 Tout de moi-même

 

(Watashi no Subete 0)
   
1954 Un milliardaire

 

(Okurnan Choia)
   
1954 Douze chapitres sur les femmes

 

(Josei ni Kansuru Juni Sho).
   
1955 Fantômes de la jeunesse
  (Seishun Kaidan)
   
1955 Kokoro

(ou Le coeur ou Le pauvre coeur des hommes). D'après le roman de Soseki Natsume. Avec : Masayuki Mori (Nobuchi), Michiyo Aratama (sa femme), Tatsuya Mihashi (Kaji), Shôji Yasui (Hioki). 2h00.

Un vieux professeur se souvient avec amertume de sa vie, marquée par son mariage avec une femme qu'il n'aimait pas et le suicide d'un ami de jeunesse.

   
1956 La harpe de Birmanie

(Biruma no Tategoto). Avec : Rentaro Mikuni (Capitaine Inouye), Shôji Yasui (Mizushima), Jun Hamamura (Ito). 1h56.

Birmanie, juillet 1945. La fin est proche pour l'Armée Impériale Japonaise menacée de tous cotés par les alliées. Inouye chef d'escouade est diplômé de musique et enseigne l'art du chant choral aux hommes de sa petite troupe. il trouve en Mizushima un élève particulièrement doué qui apprend à jouer en autodidacte de la harpe de Birmanie...

   
1956 La salle du châtiment
  (ou La chambre de punition ou La chambre des exécutions / Shokei no Heya)
   
1956 Nihonbashi

 

 
   
1957 Le tramway bondé

 

(Manin Densha)
   
1957 Le trou

 

(Ana)
   
1957 Les hommes de Tohoku
  (Tohoku no Zummutachi)
   
1957 Le pavillon d'or
  (Enjo)
   
1959 Bonjour et au revoir !
  (Sayonara, Konnichiwa)
   
1959 L'étrange obsession
 

(Kaji ou La Clef)

A Kyoto, le critique d'art Kenmochi, qui a passé la soixantaine, a une femme beaucoup moins âgée que lui, Ikuko. Inquiet de la diminution de sa virilité, il se fait faire des injections secrètes dans un hôpital, et, pour augmenter cette stimulation artificielle et temporaire, fait boire sa femme, et la photographie nue. Mais, ces expédients ne suffisant plus, Kenmochi veut essayer la jalousie en faisant séduire sa femme par Kimura, un jeune interne de l'hôpital, qui n'est autre que le fiancé de sa fille Toshiko, avec laquelle il a déjà des rapports sexuels. Victime de ses propres excitations, Kenmochi a une attaque pendant une nuit d'amour avec sa femme qui, prise au jeu, l'achève en se déshabillant avec provocation un autre soir. Tout semble donc parfait pour le nouveau " ménage à trois " (Kimura, Ikuko, Toshiko), mais ils meurent empoisonnés par de l'insecticide administré par la vieille servante Hana : personne ne la croira lorsqu'elle confessera ce triple crime inattendu...

   
1959 Feux dans la plaine

 

(Nobi).

A Leyte, dans les îles Philipinnes, en 1945, l'armée japonaise est en déroute, et les rescapés, pourchassés par les Américains et les guerilleros philippins, cherchent à s'échapper comme ils peuvent. Le soldat Tamura, atteint de tuberculose, se rend, dans la boue de la saison des pluies, à un hopital militaire qui, débordé de blessés, le rejette. Il perd de vue son unité...

   
1960 Le fils de famille
  (Bonchi)
   
1960 Testaments de femmes
  (Jôkyo, un sketch, co-réal Yoshimura et Masumura)
   
1960 Frère et soeur
  (ou Tendre et folle adolescence / Otôlo).
   
1961 Dix femmes noires
  (Kuroi Junin no Onna)
   
1961 Le paria

 

(ou Le pêché / Hakai).
   
1962 J'ai deux ans

 

(Watashi wa nisai).
   
1963 La vengeance d'un acteur

 

(Yukinojo Henje).

Au début du XIXe siècle (1836), à Edo (ancien nom de Tokyo), se produit une troupe ambulante de théâtre Kabuki, dont la vedette est Yukinojo, un "onnagata" - ou acteur masculin spécialisé dans les rôles féminins. Au cours d'une représentation, Yukinojo aperçoit un notable, le seigneur Dobé, qu'il reconnaît comme l'un des responsables du suicide de ses parents, plusieurs années auparavant, lorsqu'il avait sept ans. Il décide alors de se venger de cet acte odieux et se sert de la fille de Dobé, Namiji, d'une très grande beauté, qui tombe amoureuse de lui. Il est aidé dans sa tâche par un voleur, Yamitaro (qui lui ressemble étrangement), et par une voleuse, Ohatsu, qui l'empêchent de tomber dans les traquenards tendus par Dobé et ses acolytes marchands. Yukinojo est aussi aidé par la rapacité des marchands dont l'un est tué par son confrère avant de succomber lui-même sous les coups de Namiji qu'il avait attaquée. Par la suite, Namiji elle-même meurt et son père, le seigneur Dobé, s'empoisonne lorsqu'on lui apporte son corps inerte et qu'il apprend la véritable identité de Yukinojo. Ayant accompli sa vengeance jusqu'au bout, Yukinojo se retire du théâtre et disparaît au loin, comme une légende.

   
1964 Seul sur l'océan pacifique
 

(Taiheiyo Hitoribochi). Avec : Yûjirô Ishihara (Kenichi Horie), Ruriko Asaoka (La soeur de Kenichi), Shirô Osaka (Le contremaître). 1h37.

Kenichi Horie, japonais d'une vingtaine d'années, n'a qu'une idée en tête : traverser seul à bord d'un petit voilier le Pacifique pour rejoindre San Francisco, symbole pour lui des Etats-Unis. Mais le Japon a une politique très fermée et les petits bateaux ont interdiction de sortir de la zone nautique japonais. Après avoir préparer son voyage pendant plusieurs années, rien ne pourra l'empêcher de partir...

   
1964 La danse de l'argent
  (Zeni no odori).
   
1965 Tokyo olympiades
 

(Tokyo Orimpikku 1964).

Les athlètes de la XVIIIe Olympiade à Tokyo 1964.

   
1967 La guerre des missiles
  (Toppo Giggio no Botan Senso, co-prod. Jap/Italie).
   
1968 Jeunesse
  (ou Tournoi / Seishun).
   
1969 Kyoto
  (Moyen métrage documentaire).
   
1970 Le Japon et les Japonnais
  (Nihon to Nihonjin, court métrage documentaire).
   
1972 Encore aimer
  (Ai Futatabi).
   
1973 Les vagabonds

 

(Matatabi).
   
1975 Je suis un chat

 

(Wagaha wa Neko de Aru).
   
1976 Entre épouse et femme

 

(Tsuma to onna no Aida, co-réal. Shiro Toyoda)
   
1976 La famille Inugami
  (Inugami Ke no Ichizoku).
   
1977 La ballade du diable
  (Akuma no Temari Uta)
   
1977 L'île des tortures
  (Gokumon-Tô).
   
1978 La reine des abeilles
  (Joobachi).
   
1979 L'oiseau de feu

 

(Hi no Tori).
   
1979 The house of hanging

 

(Byoinzaka no kubikuri no ie).
   
1980 Koto

 

 
   
1981 Kofuku
   
   
1983 Sasame Yuki
   
   
1984 Ohan
   
   
1985 Biruma no takekoto
   
   
1986 Rokumeikan

 

 
   
1987 L'actrice
  (Eiga Joyu).
   
1987 Taketori monogatari
   
   
1988 Tsuru
   
   
1991 Tenkawa densetsu satsujin jiken
   
   
1993 Fusa

 

 
   
1993 Kaettekita kogarashi monjiro

 

 
   
1994 47 Ronins

 

(Shijushichinin no shikaku).
   
1996 The 8-tomb village
  (Yatsu haka-mura).
   
2000 Shinsengumi
   
   
2000 Doraheita

 

 
   
2001 Big mama

 

(Kah-chan).
   
2006 The Inugamis

 

(Inugamike no ichizoku).
   
   
   
   
Retour à la page d'accueil