Le signe de la croix

1932

Voir : Photogrammes du film
Genre : Peplum
Thème : pré-code

(The Sign of the Cross). Avec : Fredric March (Marcus Superbus), Elissa Landi (Mercia), Claudette Colbert (L'impératrice Poppée), Charles Laughton (l'empereur Neron), Ian Keith (Tigellinus). 2h05.

Devenus très nombreux dans l'Empire et à Rome en particulier, les chrétiens effraient Néron qui voit en eux une puissance politique capable de le renverser. De plus en plus traqués et pourchassés par les soldats avides de plaire à l'empereur, ils sont obligés de se cacher et d'employer un signe secret, le poisson, pour se reconnaître. Arrêtée arbitrairement, Mercia, une chrétienne, est sauvée de la prison par Marcus Superbus, le préfet de Rome qui tombe amoureux d'elle. Avertie de la liaison de son favori par Tigellinus, un courtisan jaloux, Poppée, l'épouse de Néron, poursuit de sa haine la jeune fille. Lors d'une réunion clandestine, Mercia est à nouveau arrêtée. Marcus essaie encore une fois de la soustraire au bourreau, mais elle refuse de renier sa croyance et est livrée aux fauves affamés avec ses compagnons. Gagné à la foi de sa bien aimée, Marcus l'accompagne dans la mort.

De Mille confronte l'histoire biblique à un épisode contemporain sur le thème de la rivalité entre deux frères. La référence biblique sert d’illustration à une démonstration, et baigne la deuxième partie située de nos jours. DeMille se situe ainsi dans la lignée d’Intolerance en metant en parallèle deux histoires liées par une même morale sans toutefois mélanger les époques. La métaphore n'apaprait toutefois pas clairement et la différence ets garnde entre els esthétiques des deux périodes. La première partie, d'un peu moins d'une heure, bénéficie du technicolor durant huit minutes avec l’inévitable scène de l'ouverture de la mer rouge alors que la seconde baigne dans un manicheïsme constant.

De retour à la Paramount, qu'il avait quittée pour tourner trois films à la Metro-Goldwyn-Mayer, DeMille retrouva aussitôt le succès grâce à cette prestigieuse évocation de la Rome de la décadence.

Croisant dans les couloirs de la Paramount Claudette Colbert, DeMille lui pose la question : "-Voulez-vous interpréter la plus vicieuse de toutes les femmes ?" ; "-Avec bonheur" répond l'actrice qui était surtout connue pour ses rôles de comédie. Et DeMille lui confie alors le rôle de Poppée. Le bain de lait de l'impératrice dans sa piscine de marbre et de porphyre figure depuis parmi les grandes séquences de la mythologie hollywoodienne. Il en est de même pour la spectaculaire reconstitution de l'incendie de Rome qui mobilisa quatre mille figurants.

Cecil B. DeMille profite par ailleurs de ses liens avec Will Hays qui contrôlait la moralité du cinéma américain (le fameux code Hays) pour transgresser avec un évident plaisir les règles du code de la production. La scène de l'orgie et celle des jeux du cirque demeurent à ce titre inégalées… Les nudités se laissent deviner sous les voiles et la perversité des spectateurs du Colisée a de quoi être satisfaite.

 

Test du DVD

Editeur : Wild Side Video, septembre 2008. Master restauré. Anglais Mono. Sous-titres : Français. Durée : 2H05. 15€.

Test du DVD

suppléments : La révolte des opprimés : présentation du film par Luc Moullet (13'). Galerie photos, liens Internet.