Accueil Partie beaux-arts Histoire de l'art Les peintres Les musées Les expositions Thèmes picturaux

Lambert Sustris

 
(1515- 1568)
Manièrisme flamand

Né vers 1515/20 à Amsterdam, décédé après 1568 à Padoue. Présent à Rome vers 1530 et à Venise, dans l'atelier du Titien, en 1535.

Moïse frappant le rocher 1540 Hardwick hall, The national trust
Jeune femme jouant de l'orgue portatif 1540 Grande Bretagne, Collection privée
Le cercle de la fraude 1540 Florence, fondation Roberto Longhi
Le cercle de la fortune 1540 Besançon, Musée des Beaux-arts
Paysages 1540 Padoue, Odeo Cornaro
La prédication de saint Jean Baptiste 1540 Venise, Antichita Pietro Scarpa
Paysage avec une femme marchant 1543 Luvigliano, villa des évêques
Diane et Acteon 1545 Hampton Court, The Royal Coll.
Repos pendant la fuite en Egypte 1545 Vicence, Museo Civico
Le baptême du Christ (version 1540) 1545 Autriche, collection Vok
Judith 1550 Hatchlands Park, Cobbe Collection
Tobie et l’ange 1550 Vienne, Kunsthistorisches Museum
Vénus et l'Amour 1550 Paris, Musée du Louvre
Judith et sa servante 1551 Lille, Palais des Beaux arts
Mort de Cléopâtre 1551 Cassel, Staatliche Kunstsammlungen
Le baptême de l'eunuque éthiopien 1551 Paris, Musée du Louvre
Noli me tangere 1551 Musée des beaux-arts de Lille
Paysage avec des ruines antiques 1552 Vienne, Kunsthistorisches Museum
Le baptême du Christ 1553 Caen, Musée des Beaux-Arts
Portrait du cardinal Otto Truchess 1553 Chateau de Zeil

Avant de s’établir durablement en Italie, Lambert Sustris naît vers 1510/1515 en Flandre, vaste territoire appartenant au Saint Empire puis aux Habsbourg d’Espagne avant l’irréversible scission de la fin du XVIe siècle. Sur la foi de sa signature, l’artiste voit le jour ou du moins grandit à Amsterdam, cette grande ville portuaire qui deviendra l’orgueilleuse capitale des Provinces-Unies du Siècle d’or. Sa formation présumée n’advient pas avant 1524, au retour de Jan van Scorel d’un long voyage qui l’amena en Allemagne et en Autriche pour se poursuivre par un séjour italien et même un pèlerinage en Terre sainte.

Définitivement établi à Utrecht, l’une des plus importantes villes néerlandaises, Scorel accueillit dans son atelier de nombreux artistes parmi les plus talentueux du XVIe siècle. La plupart de ses élèves suivirent ses pas, certainement conforté par sa recommandation, en se rendant en Italie, essentiellement à Rome pour copier les chefs-d’œuvre de l’art antique, alors tenus pour le fondement de la création visuelle, mais aussi Raphaël et Michel-Ange, en passe de devenir de nouvelles références visuelles (...) Lambert Sustris compte parmi ces peintres qui, par un heureux concours de circonstances, prolongent de façon pérenne leur présence en Italie et s’intègrent parfaitement dans le milieu artistique local, sans pour autant renier leurs origines. (...)

Source : Benjamin Couilleaux : Lambert Sustris, un artiste de la Renaissance entre Venise et l'Allemagne, édition Musée des Beaux arts de Caen, 2017.