Accueil Partie beaux-arts Histoire de l'art Les peintres Les musées Les expositions Thèmes picturaux

L'anse des pilotes, Le Havre

1903
L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, soleil, marée montante
Camille Pissarro, 1903
Huile sur toile, 54 × 65 cm
MuMa Le Havre

Peinte au Havre, cett toile est parmi les dernières exécutées par Camille Pissarro (1830-1903), quelques mois avant sa mort. L'artiste revient dans le port où il avait débarqué enfant depuis l'île Saint-Thomas aux Antilles. Dans une situation financière délicate au printemps 1903, Pissarro se voit contraint de répondre aux goûts des amateurs. Il accepte l'invitation du collectionneur havrais Pieter van de Velde, qui souhaite le voir peindre une série de toiles de l'avant-port en pleine mutation. L'artiste s'installe à l'hôtel Continental, qui lui offre un point de vue remarquable sur l'entrée du port, et choisit le motif de la jetée, qui, selon lui, « se trouve une des parties du Havre qui enorgueillit les Havrais ».



Au Havre, comme dans la plupart des œuvres de cette période, Pissarro adopte un point de vue surélevé, une situation en hauteur qui présente l'avantage de protéger ses yeux fragiles des poussières qui ont tendance à les irriter. Entre juillet et septembre 1903, il peut, depuis sa fenêtre, peindre trois séries différentes de l'avant-port. A partir du motif de la colonne se découvre vers l'est une portion du Grand Quai sillonné par les rails du tramway, alors que le second, orienté vers l'ouest, montre une partie de l'ancienne jetée avec la station de pilotage au premier plan. Toutes les toiles de la série sont des variantes de ces deux points de vue, plus ou moins décalés vers la ville ou vers le large.

La composition est solidement charpentée par les lignes obliques du bord des bassins et par les verticales des lampadaires, des mâts et des cheminées des bateaux. Avec ces installations électriques, ces grues et ces vapeurs, c'est une vue résolument moderne du port du Havre que nous offre Pissarro. Il saisit les badauds en plein mouvement et la scène prend des allures d'instantané. Les motifs, brutalement coupés par les bords de la toile, ne sont d'ailleurs pas sans rappeler l'image photographique qui fascinait alors de nombreux peintres.

Quand Pissarro, le 29 août 1903, déplore devant son fils Lucien que les amateurs havrais en « so[ie]nt encore à la peinture de Salon », il semble méconnaître les acquisitions qu'Olivier Senn a faites de ses œuvres dès 1900, et le fait que les collectionneurs Van der Velde, Dussueil et Metz se portent acquéreurs d'une toile de la série chacun. Même si l'artiste fustige l'ignorance de la commission d'achat du musée, il s'agit de la première transaction que l'artiste négocie directement avec une institution muséale. Pissarro reconnaît néanmoins l'amorce d'un changement. Grâce à cette double acquisition, la ville du Havre devient la première municipalité française à enrichir les collections de son musée de peintures de Pissarro. 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts