Les tentations du Christ

1482
The Temptation of Christ
Sandro Botticelli, 1481-82
Fresco, 345 x 555 cm
Fresques de la vie du Christ pour la Sixtine, Vatican

Cette fresque commencée par Botticelli en juillet 1481 dans la chapelle sixtine était à l'origine la troisième scène du cycle du Christ. Après la disparition de la nativité du Perugin sous Le jugement dernier de Michel-Ange, elle est désormais en seconde position après Le baptême du Christ du Perugin.

Elle dépeint les trois tentations auxquelles il été soumis le Christ par le Diable telles que les raconte l'Évangile de Matthieu.

Sur la gauche au sommet de la montagne, le diable met le Christ au défi de changer les pierres en pain. Au centre, au sommet d'un temple, le diable essaye de convaincre le Christ de se jeter en bas, sauvé qu'il sera par son père. Sur la droite, le diable montre au fils de Dieu les splendeurs et les richesses du monde qu'il lui offre s'il fait de lui son maître. Finalement, le Christ chasse le diable au loin et celui-ci lui révèle son identité diabolique.

Sur la droite à l'arrière plan, trois anges ont préparé la table pour la célébration de l'Eucharistie. Cette scène ne peut se comprendre qu'en relation avec la série d'événements au premier plan.

L'unité de ces deux événements est souligné par la réapparition du Christ avec trois anges sur la gauche où il est manifestement en train de leur expliquer l'incident qui a eu lieu au premier plan.

Il s'agit ici de la célébration du sacrifice juif qui, selon l'ancienne coutume, a lieu journellement devant le temple. Le grand prêtre reçoit la coupe sacrée pleine de sang alors que d'autres officiants apportent animaux et bois divers en sacrifice.

A première vue, l'inclusion du sacrifice juif dans le cycle du Christ est extrêmement déroutant mais son explication est possible selon l'interprétation canonique. Le sacrifice juif décrit ici renvoie à la crucifixion du Christ qui offrit sa chair et son sang pour la rédemption de l'humanité. Le sacrifice du Christ est rappelé dans la célébration de l'Eucharistie, auquel il est fait allusion ici par la table dressée par les trois anges.


Parmi la foule participant au sacrifice juif, une femme au premier plan à gauche qui porte sur sa tête un grand récipient sphérique contenant des poules nous est familière. Ce personnage est une copie de Abra, la servante du petit tableau intitulé Le retour de Judith à Bethulé que Botticelli a peint une dizaine d'années plus tôt. La posture de la femme portant du bois à droite pourrait aussi provenir de ce tableau. Ces similitudes indiquent que Botticelli gardait des éléments de ses compositions et personnages antérieurs afin d'avoir un stock de motifs à partir desquels il pouvait dessiner ces créations suivantes.

En revanche Botticelli a emprunté la figure du jeune garçon tenant une grappe de vigne et effrayé par un serpent à la sculpture grecque.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts