Exemples de Jump cut
 
Escamotage d'une dame chez Robert Houdin (Georges Mélies, 1896)
Un arrêt du filmage pour escamoter la dame

Georges Mélies fait grand usage du jump-cut pour faire apparaitre et disparaitre personnages, partie de corps humains ou accessoires, dans ses films.

Au feu ! (James Williamson, 1901)
Trop long d'atteler le cheval : quelques jump cut et le voilà prêt à partir
 
The South (Frank Hurley, 1926)
Novembre 1915 : jour après jour l'Endurance est détruite par les glaces
 
Même utilisation que ci-dessus mais comme le temps écoulé entre chaque plan est plus long, on comprend qu'il s'agit d'un effet dramatique
 
Frankenstein (James Whale, 1931)
Première utilisation expressive du jump cut dans un film de fiction
 
 
Les oiseaux (Alfred Hitchock, 1964)
 
A bout de souffre(Jean-Luc Godard, 1960)
Jump cut assumé : le contrechamp sur Belmondo a été éliminé du montage
 
Utilisation plus radicale encore : élimination de photogrammes
 
Furie (Brian de Palma, 1978)
 
 
Fight club (David Fincher, 1999)