Chatelin, un restaurateur prospère du quartier des Halles à Paris, voit arriver dans son restaurant Catherine, une jeune femme désemparée. Très vite, il en tombe amoureux. Mais il ignore que Catherine est guidée par Gabrielle, son ex-femme, afin de le séduire et de lui soutirer toute sa fortune...

 

Quand il était un critique, François Truffaut a cité ce film comme le meilleur du cinéaste. Après la deuxième guerre mondiale, les films de Duvivier ont pris une tonalité plus noire encore que celle du réalisme poétique, explorant les aspects les plus sinistres de la nature humaine.

Le film commence vraiment lorsque qu'il sort du drame romantique conventionnel qu'il paraissait être. Catherine, loin d'être une jeune femme innocente avec le visage d'un ange manipule. Derrière son manque apparent de scruples nous restons convaincus qu'elle n'est pas aussi mauvaise qu'elle le semble, qu'elle ne tuera pas pour réaliser ses ambitions. Par le jeu sur nos espérances, Duviver fournit un récit à suspense cruel et méticuleux qui aboutit à une conclusion pleine de suspense.

Reconstruction impressionnante du célèbre marché des Halles à Paris (depuis longtemps disparu).

 

Retour à la page d'accueil

Voici le temps des assassins

Avec : Jean Gabin (André Chatelin), Danèle Delorme (Catherine), Gérard Blain (Gérard Delacroix), Lucienne Bogaert (Gabrielle), Germaine Kerjean (Madame Chatelin), Gabrielle Fontan (Madame Jules), Jean-Paul Roussillon (Amédée). 1h53.

1956