Autoportrait à la palette

1906
Autoportrait à la palette
Pablo Picasso, automne 1906
Huile sur toile, 92 x 73
Philadelphie, Museum of art

Autoportrait avec une palette que Picasso a peint à Paris à l’automne 1906 s'inscrit dans la continuité de son Portrait de Gertrude Stein. Cette fois, il ne semble pas avoir eu beaucoup de difficulté et le tableau a été peint avec assurance et sans révisions majeures. Comme pour souligner son sentiment de fraternité avec Gertrude Stein, Picasso s’est doté des mêmes traits ibériques et d’un regard hypnotisé, tout en soulignant la masse et la force de son corps. La référence à la sculpture ibérique devient un signe de parenté littérale.

L'autoportrait à la palette, tout comme le Portrait de Gertrude Stein, est proche de la manière cezannesque, et plus particulièrement i du Portrait de l'artiste avec une palette (1890), un des tableaux les plus austères, impersonnels et imposants de l'artiste. Il se peut que l’allusion ait eu une dimension très personnelle, car Picasso a dû peindre son autoportrait vers la mort de Cézanne, le 23 octobre 1906. Sa gravité monastique incite à penser qu’il s’agit d’un acte de deuil aussi bien que d’un hommage (les deux tableaux ont aussi les mêmes dimensions).

C’est un sentiment de déférence envers le défunt qui conduit probablement Picasso à omettre les pinceaux et tout geste suggérant qu’il était dans l’acte de peindre : dans les esquisses préparatoires, il n’était pas inhibé par de tels scrupules et se montrait au travail.

Portrait de l'artiste à la palette
Paul Cézanne, vers 1890
Autoportrait à la palette
Pablo Picasso, 1906
Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts