Le cri

1910

Le cri
Edvard Munch, 1910
Tempera sur carton, 83.5 x 66 cm
Oslo, Musée Munch (image sur le site du musée)

Il s'agit de la quatrième et dernière version du Cri de Munch. Elle est peinte sur carton posé un panneau rigide lui-même contre-collé sur un support en bois.

Cette version, moins célèbre que celle accrochée au Musée national, a toutefois acquis une réputation sulfureuse : Le Cri et La Madone avaient été dérobés le 22 août 2004 au musée Munch, en plein jour. Les deux tableaux du précurseur de l'expressionnisme ont été retrouvés le 31 août 2006, dans des circonstances toujours mystérieuses.

Le cri
1893
Musée national
Le cri
1893
Musée Munch
       
Anxiété
1894
Désespoir
1894
Le cri
1895
collection privée
Le cri
1895
lithographie
Le cri
1910
Musée Munch
 
Voir : la version de 1893 pour l'analyse de l'oeuvre.

Le Munch Museet a profité de l'électrochoc du vol pour publier un livre qui décortique la tachnique et les restaurations subies par son Cri. Dans certaines parties, comme dans l'arrière-plan vert, le liant est assuré par un mélange d'huiles et de résine; dans d'autres zones, comme dans le rose du ciel, les experts ont trouvé des traces d'oeuf et donc le recours à la technique traditionnelle dite de tempera. Des traces de dessin ont été attestées sur la peinture, notamment sur le visage et la gorge du crieur. Au final, l'examen approfondi du tableau évoque des «formes composées de lignes», réalisées à partir d'un nombre restreint de pigments: ultramarine, bleu de Prusse, vert émeraude, jaune cadmium, rouge minium, vermillon, rouge carmin, blanc de zinc

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts