Accueil Partie beaux-arts Histoire de l'art Les peintres Les musées Les expositions Thèmes picturaux

Mr and Mrs William Hallett,
The morning walk

1785
Mr and Mrs William Hallett, The morning walk
Thomas Gainsborough, 1785
Huile sur toile, 236,2 x 179,1 cm
Londres, National Gallery, salle 34

Gainsborough a peint ce portrait de William Hallett (1764-1842) et Elizabeth Stephen (1764-1833) peu avant leur mariage le 30 juillet 1785 alors qu'ils sont âgés tout deux de 21 ans. Le couple est montré bras dessus bras dessous lors d'une promenade matinale avec un chien de berger de Poméranie. Gainsborough a suggéré le pelage doux et épais du chien avec des coups de pinceau clairsemés qu'il utilise également pour la robe de Mme Hallet. Le style du portrait s'inspire de Watteau et Van Dyck et dégage une délicate qualité poétique. Cet effet est largement obtenu grâce au pinceau plumeux de Gainsborough, qui est typique de son style tardif.

Le couple porte peut-être ses vêtements de mariage. La robe d'Elizabeth est en fine soie ivoire, accrochée à la taille avec un ruban de soie noire. Sa poitrine est recouverte d'un foulard en mousseline à volants avec un nœud de ruban vert raisin pâle en dessous, qui se répète dans l'arc extravagant sur son chapeau. Les trois plumes d'autruche duveteuses couronnant son chapeau ressemblent à la couleur et à la texture de ses cheveux poudrés. L'étole en soie vaporeuse drapée sur ses bras fait écho à la négligence artificielle de sa coiffure et de sa robe. Les coups de pinceau obliques de Gainsborough pour le ciel et le feuillage donnent une impression de mouvement, comme s'il y avait une brise légère. William Hallett porte une redingote de velours de soie noire, ses cheveux sont poudrés et il porte à la main un chapeau rond noir.

le tableau, dépassant le simple portrait rsssemblant de de William et Elizabeth Hallett est souvent perçu comme le tableau romantique d'un jeune amour, l'image du bonheur conjugal... Ce qui ne fut pas le cas pour le couple Hallett.

William Hallett a été élevé par son grand-père qui avait fait fortune en tant qu’ébéniste. Décédé en 1781, il laisse en héritage à William, adolescent, la villa et la propriété de Canons dans Middlesex. Après avoir voyagé à travers l'Europe pendant deux ans lors du Grand Tour, William évrit: «Je suis rentré chez moi et je me suis marié le 30 juillet 1785 avec Mlle Elizabeth Stephen avec une fortune de près de 20 000 £». William Hallett était passioné par le jeu et les paris hippiques qui causeront sa ruine. Son testament, écrit dans un style autobiographique informel peu de temps avant sa mort, révèle que les courses de chevaux étaient son principal intérêt, avant même son mariage. Vivre à la campagne l'ennuyait et lui et sa femme n'ont jamais vécu à Canons. Hallett avait loué le domaine à un propriétaire et à un éleveur de chevaux de course en 1783, deux ans avant son mariage, et l'avait vendu en 1786. Il peut ainsi commander le tableau de Gainsborough, payé 126 £ le 4 mars 1786.

En 1788, Hallett achète le domaine de Little Wittenham, près de Wallingford, Berkshire, où il construit une «petite maison». Peu de temps après, ils déménagent à Faringdon House dans l'Oxfordshire, où ils ont vécu pendant 20 ans. En 1807, Hallett conclut deux transactions immobilières désastreuses et, en 1830, il ne lui restait plus rien de sa fortune. Son testament indique qu’il a vécu avec sa femme Elizabeth "le plus heureux pendant près de 48 ans, car il était impossible de faire autrement avec une telle femme". Celle-ci eut deux fils et quatre filles et décéde à 69 ans. William Hallett se remarie l'année suivante et envoye le portrait de Gainsborough de lui-même et de sa première femme à la salle de vente de Foster, où il n'est pas vendu.